Нести мир в сознание мужчин и женщин

Les forces de sécurité maliennes formées sur la liberté d’expression et la sécurité des journalistes

30.11.2016

Bamako, le 29 novembre 2016 – Le bureau de l'UNESCO à Bamako, EUCAP Sahel-Mali et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), ont organisé, en collaboration avec le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile,  deux ateliers de formation des forces de sécurité sur la liberté d'expression et la sécurité des journalistes, du 21 au 26 novembre 2016. Ces ateliers, qui se sont tenus à l’École de maintien de la paix Alioune Beye de Bamako (EMP-Bamako), s’inscrivent dans le cadre du suivi d’une première session de formation, organisée avec succès du 13 au 18 juin 2016.

La cérémonie d’ouverture était présidée par le représentant du ministère de la Sécurité et la Protection Civile, en présence du Représentant de l’UNESCO au Mali et du Chef des Opérations d’EUCAP Sahel-Mali.

Cinquante officiers de la police nationale, de la gendarmerie nationale, de la garde nationale, de la protection civile, de formateurs de l’EMP-Bamako et dix journalistes ont assisté à deux formations de trois jours permettant d’établir des relations professionnelles entre les forces de sécurité et les journalistes, afin de créer un environnement favorable à la liberté d’expression et à la protection des journalistes.  De plus, quatre membres des forces de sécurité formés, lors de la session de juin, ont apporté leur appui aux formateurs mobilisés par l’UNESCO, l’OIF et l’EUCAP et ont vu leurs capacités renforcées en matière de techniques de formation sur ces questions.

Dans son discours d’ouverture, M. Hervé Huot-Marchand, Représentant de l’UNESCO au Mali, a rappelé que ce programme de formation répond à la mission de l’UNESCO, qui est de promouvoir la paix et en particulier le respect des droits fondamentaux, comme la liberté d’expression qui ne peut s’exercer sans sécurité pour les journalistes. Il a souligné en particulier l’importance de mettre en œuvre le Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité dont l’UNESCO est le coordinateur ; ce plan vise à la création d'un environnement libre et sûr pour les journalistes et les professionnels des médias, y compris  les producteurs de médias sociaux, dans les situations de conflit et de non-conflit. Il a enfin réitéré le soutien de l’UNESCO au renforcement du secteur médiatique malien.

Le Chef des opérations d’EUCAP Sahel-Mali, quant à lui, a souligné qu’EUCAP soutiendra l’approfondissement de l’ouverture des forces de sécurité aux médias. Cette ouverture doit se construire autour d’une relation de confiance et de transparence avec les citoyens, et à travers la promotion de la liberté de presse, de l’Etat de droit et du respect des libertés publiques.

Le Représentant du Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile a, au nom du Ministre, remercié le Bureau de l’UNESCO au Mali et les différents partenaires, pour leur accompagnement dans le renforcement des capacités des forces de sécurité.

Durant ces trois jours de formation, les échanges ont porté sur les procédures de sécurité sur le terrain, la nécessaire protection des journalistes, les moyens de garantir aux journalistes l’accès aux informations dont ils ont besoin, la communication avec les médias, ainsi que la liberté d’expression.

Le formateur principal mobilisé par l’UNESCO et l’OIF a utilisé une méthodologie mixte (présentations, discussions de groupe, séances de questions-réponses et exercices pratiques) pour permettre aux participants de comprendre les différents concepts et sujets abordés au cours de l’atelier.

Lors de la clôture des deux formations, le 26 novembre, les représentants des membres des forces de sécurité ont rendu hommage aux journalistes morts dans l’exercice de leur fonction, en respectant une minute de silence. Ce geste symbolique a témoigné du rapprochement entre les membres de forces de sécurité et les médias, rapprochement si important pour le renforcement de la démocratie malienne.

Pour célébrer le 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, et pendant la cérémonie de clôture, les intervenants ont souligné l’importance de faire face aux risques sécuritaires croissants qui ciblent les femmes journalistes, et à la violence à laquelle elles sont confrontées sur le terrain.  Le Représentant du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile du Mali a rappelé que les médias représentent le 4ème pilier de la démocratie, et a souligné l’importance d’assurer la pérennité de ces formations au niveau national afin d’assurer un dialogue entre les forces de l’ordre et les médias et ainsi contribuer à la consolidation de la paix. 

Le représentant de l’EUCAP Sahel-Mali et le représentant de l’UNESCO au Mali ont également, dans leurs discours de clôture, souligné la nécessité d’étendre l’initiative en 2017 aux différentes régions du Mali pour assurer une collaboration étroite en renforçant le dialogue entre les médias et les forces de l’ordre, et pour garantir l’accès à l’information pour tous. Ils ont aussi encouragé l’école de maintien de la paix (EMP-Bamako) et les écoles de formation de forces de l’ordre à adopter le curricula de formation des forces de l’ordre sur la sécurité des journalistes et la liberté d’expression à l’intérieur du cursus national.

Ce projet a reçu le soutien financier de l’EUCAP Sahel-Mali et de l’OIF et un appui technique du Royaume de Norvège.

 Vidéo formation des forces de sécurité sur la liberté d’expression et la sécurité des journalistes au Mali: https://www.youtube.com/watch?v=KD8t8VBMexE